Poules et Sécurité

Auteur  
# 18/05/2015 à 14:44 LEZY Emmanuel
Chers amis,

Je ne pourrai pas participer à l’AG, ce soir et je le regrette. Je me permets de déposer sur le site de l’ASL cette lettre avec quelques points de vue que j’aimerais partager avec vous. Vous déciderez ce soir s’ils méritent d’être intégrés à la discussion.

Les deux sujets que je voudrais aborder sont d’une part les poules, d’autre part les voleurs de poules. Ces deux thèmes étant d’importances très variables, je commencerai par le plus léger.


1. Les Poules de Quentin
Il semble que les deux poules de Quentin se soient enfuies et aient été vues par Stéphane Talagrand, d’où son mail collectif à tous les résidents et le rappel à la règle de son dernier courrier : « les poulaillers sont interdits dans la résidence du fait des animaux sauvages (renard surtout) présents dans la forêt de Sénart”. En terme de voisinage, j’ai deux Bibles: le cahier des Charges et Brassens. J’avoue n’avoir pas retrouvé la phrase citee par Stéphane Talagrand dans le cahier des charges de la résidence. Le chapitre intitulé « Animaux » est rédigé comme suit :
« Animaux
Les propriétaires d’animaux sont tenus de prendre les mesures propres à préserver la tranquillité du voisinage, ils restent dans tous les cas responsables des détériorations et dommages que leurs animaux pourraient causer.

Les chiens doivent être tenus en laisse.”

(http://parcdechamprosay.e-monsite.com/pages/infos-utiles/vie-pratique.html)

Je propose qu’avant de chercher à ajouter des lignes au cahier des charges, déjà lourd en contraintes, ce qui ne peut être fait sans l’accord de l’ensemble des copropriétaires de l’ASL, on s’applique à faire respecter celles qui sont là. Quels sont les animaux les plus bruyants dans la résidence ?

A Les poules

B Les chiens ?

Quant à Brassens, il ajoute « gloire à qui n’ayant pas d’idéal sacro-saint, se borne à ne pas trop emmerder ses voisins… »


Le second sujet est plus sérieux, puisqu’il s’agit de la sécurité de la résidence. Il n’est pas sans lien avec le précédent, non seulement parce que les poules peuvent attirer d’autres prédateurs que le Renard (dont je ne nie pas l’existence, ni la menace qu’il représente sur la sécurité de nos enfants), mais surtout parce que la vague de cambriolage et de petits délits qui s’abat sur notre résidence est aussi alimenté, en partie, par la proximité de la forêt et qu’elle aura sans doute la conséquence rapide de faire augmenter le nombre de chiens dans la résidence plus vite que le (voire inversement proportionnellement au) nombre de poules. Le 19 mars dernier, j’ai chassé du jardin de Philippe et Jocelyne, trois jeunes qui venaient de briser un carreau et de pénétrer chez Thierry et Aline. J’ai relevé le numéro de la plaque de la voiture dans laquelle ils se sont enfuis et l’ai donné à la Police. J’ai depuis été visité à plusieurs reprises à mon domicile par les forces de l’ordre et été convoqué trois fois au commissariat pour identifier les « suspects habituels ». Je ne peux donc pas souscrire à un discours, d’où qu’il vienne, qui tendrait à laisser penser que « la police ne fait pas son boulot, elle ne suit pas les dossiers et ses moyens y compris audiovisuels ne servent à rien ». J’espère que tous les quartiers de Draveil sont aussi bien traités par la Police, et je le souhaite, mais on ne peut pas laisser entendre que le quartier est abandonné.

Quelques jours après mon témoignage, le véhicule a été reconnu sur une photo de la caméra du bas de la rue Sainte Anne et les trois jeunes ont été identifiés quelques jours après. Le brigadier qui a pris mes dépositions m’a parlé des courriers de Stéphane Talagrand, lui fournissant des plaques d’immatriculation de véhicules stationnant dans la résidence ou se plaignant du peu de suite donné à ces infos. « On ne peut pas interpeller quelqu’un simplement parce qu’il stationne devant chez vous ». Je lui ai parlé du terme de « voisin vigilant » qui figurait sur la « Lettre à la Police » que Stéphane Tallagrand avait fait circuler parmi nous. Le terme m’avait, auparavant, été appliqué avec gentillesse par Thierry et Aline dans un mail qu’ils avaient fait à l’ASL pour faire part de leur expérience douloureuse. J’ai demandé au Brigadier : « connaissez vous ce système, le proposez vous, en reconnaissez vous l’existence ? » Il m’a répondu que le système était connu et fonctionnait dans certaines résidences mais que la Police n’appelait pas à une tertiarisation de ses fonctions. Il reconnut ensuite que le système avait souvent pour effet de valoriser le prix des résidences qui apparaissent ainsi « surprotégées ». Le prix de cette sécurité a vite tendance à augmenter sous deux effets. D’une part, le Brigadier me l’a confirmé, la couverture policière est moindre sur une résidence qui dispose d’un moyen d’auto-protection . « Nous manquons d’effectifs » : s’il y a un « voisin vigilant », on viendra moins souvent, c’est sûr, on attendra qu’il nous appelle ».

Il est bien clair, par ailleurs que les cambrioleurs préfèrent tomber sur un « voisin vigilant » comme moi (même équipé d’un chien), plutôt que sur une patrouille de police. Les cambriolages risquent vite de se multiplier. Très rapidement, le pauvre « voisin vigilant », débordé de travail par sa collaboration avec la police (en soi, l’identification d’un suspect est un vrai travail, qui requiert des compétences et de l’assiduité), brouillé avec ses voisins pour une raison ou une autre va rendre son étoile de Sheriff à… l’AG, certainement le lendemain de sa première agression physique, en prononçant ces paroles inoubliables :

« C’est un métier. Et c’est pas le mien »… L’AG suivante, ayant précédemment reconnu l’urgence d’avoir une protection de quartier indépendante de celle offerte par les polices nationales et municipales devra faire appel à un vigile ou plutôt à une société de sécurité qui établira un protocole de surveillance, en particulier nocturne de la résidence.

J’ai fait part de ma seconde inquiétude au Brigadier qui m’a reçu, et il a convenu avec moi qu’il s’agissait d’un sérieux handicap du système : il confère à celui de nos voisins qu’une AG aura identifié comme « voisin vigilant » un pouvoir de jugement et de regard sur les autres qui me semble dangereux.

Pour toutes ces raisons, je pense que le terme de « voisin vigilant » doit continuer à nous désigner tous, mais que toute tentative de se substituer aux forces légales de police constituerait, à mon sens un abus d’autorité dont les propriétaires de poules aujourd’hui, et nous tous demain, risquerions d’être les victimes.

Amicalement

Emmanuel Lézy
# 18/05/2015 à 17:13 Stéphane Talagrand
Bonjour Emmanuel,

en ton absence ce soir, voici les éléments de réponses que je compte évoquer.

Les poules:
1- la présence des poules m’a été signalée par un résident, je suis allé vérifier les faits afin de ne pas propager une rumeur par mail. J'ai joué mon rôle et fait un simple rappel du cahier des charges au sujet de l'interdiction de poulailler dans l'ASL.
2- A ce sujet, article 11, alinéa 2, point 8 du cahier des charges de l’ASL (page 16) : “- il est interdit d'y installer, même dans des conditions d'aspect extérieur convenables, aucun clapier, poulailler ou chenil. Sont prohibés l'élevage et la divagation d'animaux de basse-cour”.
Le rappel dans ton mail concerne les animaux domestiques, les poules sont loin d'être concernées je pense.

La sécurité
1- mon courrier à la Mairie décrivait une situation d'absence d'information au sujet des cambriolages de l'époque que certains résidents déploraient (aucune réponse de la mairie encore à ce jour, merci donc de tes éclaircissements à ce sujet). J'ai joué mon rôle, j'ai envoyé un courrier par mail à la mairie (accusé de réception lecture en date du 08/04) et aux résidents. Certains (pas toi) m'ont fait part tout de suite du travail positif de la police et de la vidéosurveillance que j'avais dénoncé dans mon courrier. Mea culpa, j'ai ainsi rectifié tout de suite le courrier que j'allais envoyer au commissariat (j'aurais fait de même pour la mairie si j'avais eu les infos avant) et basé mon discours sur la réquisition permanente aux forces de police et le principe du système voisin vigilant (pour info, bien que ce courrier ait été déposé en main propre à l'accueil, il n'y en a aucune trace, je viens d'appeler pour avoir une réponse de dernière minute pour l'AG).
2- voisin vigilant, le site internet de ce système va dans ton sens et dans le mien je te rassure : "Rôle du voisin vigilant : Il veille, mais ne surveille pas. Face à un événement suspect (véhicule douteux, départ de feu, fenêtre ou porte d'une habitation voisine ouverte en l'absence des occupants, ne pas avoir aperçu depuis longtemps une personne seule ou vulnérable, perception de cris ou de bruits anormaux, ...), il le signale à l’ensemble de ses voisins en postant une alerte sur le site. Il ne saurait en revanche violer l'intimité et la vie privée de ses voisins ou tenter de remplacer les forces de l'ordre. En cas d’urgence les voisins vigilants composent le 17 ! "
3- A ce sujet, les multiples mails échangés avec certains résidents sur une plaque d'immatriculation suspecte ont respecté ce protocole et aucun "shériff" n'a joué le rôle de la police. Bien au contraire, j'ai passé quatre appels au Brigadier en l'espace de 2 heures (il n'y a eu aucun courrier pour info) avec effectivement insistance pour le dernier pour qu'une brigade se déplace et permette de constater que c'était un véhicule de livraison et fasse baisser la méfiance des résidents à son sujet. Ceci a été expliqué dans un mail collectif ensuite.
4- L'objet de ce soir est de parler la réquisition permanente aux forces de police, il ne sera nullement question du système voisin vigilant qui fera l'objet d'un questionnaire à venir pour lequel tu auras tout le loisir de débattre autrement que par mail collectif.

Voici mes explications en réponse à ton mail.

Quant à tes deux bibles, j'ai un doute sérieux sur le fait qu'elles le soient : le Syndicat attend toujours ta proposition de vote en AG de ta Earth Lodge comme demandée par ton voisinage.

Stéphane Talagrand
# 22/05/2015 à 19:37 Stéphane Rouxel
Bonsoir,

Le débat initié est intéressant même si l'échange est parfois aigre-doux.

Je ne parle pas ici du sujet des poules, qui m'intéresse personnellement d'assez loin, mais des dispositifs de vigilance, dont il a été question lors de l'AG et qui feront l'objet d'un débat entre résidents.

Je partage les réserves de mon voisin Emmanuel (je ne suis d'ailleurs pas un voisin particulièrement vigilant quoiqu'immédiat car il ne me semble pas avoir demandé quoi que ce soit au sujet de l’aménagement de son jardin en terre de Hobbit).

Il était utile de relater les éventuels effets pervers d'un système de voisin vigilant et ce retour d'expérience peut être éclairant.
Je ne suis pas non plus favorable à une privatisation institutionnalisée de la sécurité publique et il me semble qu'une vigilance informelle, sur le modèle de ce qu'ont pu faire jusqu'ici Stéphane et Emmanuel est probablement préférable.

Si je peux me permettre et même si le contexte n'est pas tout-à-fait le même, qu'il s'agit d'une parabole, ...etc., je tiens à disposition de qui veut le DVD (pas de version Blu-Ray, désolé !) du film mexicain La Zona, propriété privée.
Assez éclairant sur les dérives possibles de cette privatisation de la sécurité, pour peu que certains se prennent un peu trop au jeu.
A moins qu'Ivan ne nous propose une projection By Night lors d'une soirée "Dossiers de l'écran de l'ASL"...

Pour ceux qui voudraint se faire une idée : http://www.lemonde.fr/cinema/article/2008/03/25/la-zona-propriete-privee-sauver-le-ghetto-des-riches_1027117_3476.html

Par ailleurs, je n'étais pas personnellement gêné de l'utilisation de mon mail privé. Il est vrai toutefois que ce type de discussion peut vite partir en vrille devant des voisins spectateurs qui n'en demandent parfois pas tant.

Encore une fois, je trouve que la confrontation des points de vue exprimés est particulièrement riche et je vous en remercie et félicite.

Bon week-end

Stéphane Rouxel
Répondre à ce message
 

Copyright © 2008-2014 / ASL "Le Parc de Champrosay"  / Tous droits réservés

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site